Hubert Vast

Conseil & Formateur en présence web

06 63 37 31 77

Test du Nikon D3200

Les premiers contacts avec le D3200 sont plutôt convaincants. Certes le boitier est tout plastique, mais la qualité est au rendez-vous avec un revêtement caoutchouté sur la poignée et l'arrière pour le pouce. L'ensemble se révèle agréable à utiliser. Un coup d'œil dans le viseur tempère un peu ces impressions : il est étroit et le dégagement oculaire faible pour les porteurs de lunettes. C'est malheureusement le lot de nombreux reflex d'entrée de gamme. Toutefois Sony a bien réussi à proposer sur l'Alpha 37 un viseur électronique beaucoup plus large et couvrant 100% du champ photographié.

L'interface évolue par petites touches, la gâchette pour passer en visée sur écran et lancer l'enregistrement vidéo, pourtant si pratique, est remplacé par une touche (trop) conventionnelle. Les touches de loupe sont inversées et un troisième bouton vient encombrer le dessus de la poignée pour la captation de vidéo. Le trèfle de sélection est toujours présent, mais nous aurions apprécié l'arrivée d'une roue codeuse pour faciliter la navigation dans les menus ou les images.

Les menus n'évoluent pas franchement et restent toujours très (trop) classiques et sont agrémentés d'une aide contextuelle pas toujours utile pour sortir le débutant du pétrin (aucune explication sur ce qu'est une balance des blancs — mais on vous parle d'axe bleu – ambre, ou sur le format Raw). Heureusement, le béotien pourra s'appuyer sur le mode Guide qui permet de configurer l'appareil en fonction de la prise de vue désirée avec des questions intelligibles. Étonnamment, la fonction ISO-auto est toujours cachée dans un menu (vous ne pouvez pas y accéder directement sur l'écran sans avoir modifié l'option), mais la sensibilité s'adapte désormais également en fonction de la focale utilisée.

L'écran LCD s'affiche désormais en VGA (921 000 points) corrigeant ainsi une grosse lacune du précédent modèle. L'affichage est en outre fluide et la colorimétrie plutôt respectée, ce qui est plutôt un bon point pour la visée sur écran. Dommage que celui-ci ne soit pas inclinable, voire orientable.

Le D3200 intègre toujours le module autofocus sur 11 points avec suivi 3D qui a déjà fait ses preuves sur de précédents modèles. Toutefois, les performances mesurées en labo sont très étonnantes et le boîtier s'est montré très lent : la mise au point nécessite plus d'une seconde alors que les conditions lumineuses sont bonnes. Un petit tour sur le face-à-face montre que le D3100 est pratiquement 4x plus rapide ! Nous avons testé deux optiques de kit avec les mêmes résultats. Un contre-test a également été réalisé avec un 105 mm et là, la mise au point descend en dessous de 0,5 s... Un nouvel exemplaire de D3200 est en commande pour confirmer ou infirmer nos mesures.

Avec un capteur 24 Mpx, le D3200 est attendu au tournant sur la qualité des images et notamment sur la gestion du bruit électronique. Débutons par une observation à 100% sur écran. Le grain est absent jusqu'à 400 ISO et les images subissent un léger lissage à 800 et 1600 ISO. Le grain reste toutefois très fin et les images parfaitement exploitables même pour un tirage de grande taille.

Nous avons imprimé un format 40x60 cm à 3200 ISO et le résultat est plutôt convaincant. Outre la finesse du point, les 24 millions de pixels présentent l'avantage d'offrir une bonne latitude au recadrage ; encore faut-il que les optiques soient à la hauteur des prétentions de l'appareil. Les objectifs livrés en kit ne sont généralement pas exceptionnels, mais notre exemplaire 18-55 mm f/3,5-5,6 VR s'en sort plutôt honorablement. Le centre est correct et classiquement la périphérie est un peu éthérée, mais finalement guère plus qu'avec un autre objectif de ce type. On note également quelques franges colorées. Les JPeg sont également très doux. Si vous souhaitez obtenir le meilleur du capteur, il est conseillé de développer les fichiers Nef (format Raw Nikon). Gageons toutefois que ce format intéressera peu l'essentiel des acheteurs de D3200.

Source : lesnumeriques.com

siret : 513 289 629 00018 

L'ensemble des photos du site sont tous droits réservés par Hubert Vast