Hubert Vast

Conseil & Formateur en communication digitale

06 63 37 31 77

Test du Canon eos 5D Mark III

Le nouveau 5D Mark III change résolument la donne : non seulement il paraît bien plus solide en main, avec un toucher plus masculin, plus robuste, mais cela va au-delà de la simple perception puisque le boîtier est entièrement tropicalisé. Chaque aspérité, zone de fragilité est garnie de mousse et autres joints d'étanchéité. Si nombre de reporters auront trimbalé le 5D Mark II dans les pires endroits, ce 5D Mark III ira bien plus loin encore.

L'autofocus / Que cela soit pour le 5D ou le 5D Mark II, Canon a toujours péché par des systèmes d'autofocus (AF) un peu datés : dans son duel face au D700, le 5D Mark II était un bon cran en dessous. Ici la tendance s'inverse puisque Canon a intégré le système AF de son boîtier pro le 1Dx. Testé avec le 24-105 mm F4 L IS USM et le 50 mm F1.4, le 5D Mark III s'est révélé plus rapide que son prédécesseur, voire plus véloce que le Nikon D800 dans les basses lumières. Le seul défaut de ce système AF ? Il est tellement complexe qu'il bénéficie d'un menu dédié. Si les pros de l'autofocus apprécieront cette richesse, les néophytes qui se contente d'un AF central s'en désintéresseront. Le côté de positif de la chose est que pour la première fois, cette gamme d'appareils peut enfin suppléer un boîtier pro type 1D Mark IV ou 1Dx. Et ce d'autant plus que la rafale a été sérieusement revue à la hausse.

La Rafale / Six images par seconde (i/s) : enfin une rafale digne d'un boîtier pro ! Si nombre d'appareils font aussi bien même dans le segment grand public – on pense aux 7 i/s du Sony Nex 5N par exemple – cela représente un vrai bond en avant comparé aux 3,9 images par seconde du 5D Mark II. Une fois encore, ce 5D Mark III marque une vraie rupture et prend l'avantage sur le D800, limité à 4 i/s ! Si les photographes studio et de paysages se moqueront de cette débauche d'images, cela renforce la crédibilité « sport » du boîtier.

Qualité d'image : priorité aux hautes sensibilités / 5D Mark II ? 20 Mpix. 5D Mark III ? 21 Mpix. Si quatre années se sont écoulées entre les deux appareils, seul un petit mégapixel de plus est venu garnir le capteur du 5D Mark III. Qu'a-t-on gagné ? Pas une plage dynamique plus large – c'est peu ou prou la même – mais une montée en ISO mieux maîtrisée : quand on se limitait à 3 200 ISO sur le Mark II, le 5D Mark III offre de meilleurs résultats à 6 400 ISO et on peut même utiliser 12 800 ISO sans avoir (trop) peur. Cette maîtrise se ressent aussi en vidéo : quand le bruit dénaturait les couleurs dès 1 600 ISO, on peut désormais travailler à 6 400 ISO tout en conservant une image propre.

Le verdict / L'EOS 5D Mark III est un appareil qui amène la ligne 5D à maturité : si la qualité d'image est un peu meilleure que par le passé, c'est surtout du côté des finitions et de l'équipement que l'appareil marque sa différence avec la génération précédente. De l'autofocus à la rafale en passant par les fonctions vidéo, Canon n'a rien laissé au hasard. Alors si Nikon reprend le leadership des mégapixels avec le D800/D800E, Canon signe ici un vrai appareil de reporter/baroudeur, à la construction renforcée et aux performances (image, rafale, ISO, taille des fichiers) calibrées pour « faire le job ». A peine sorti, déjà une valeur sûre !

source : 01net.com

siret : 513 289 629 00018 

L'ensemble des photos du site sont tous droits réservés par Hubert Vast