Hubert Vast

Photographe / Conseil en présence web

06 63 37 31 77

Test du Pentax K-5 II

test pentax k5 IIDoit-on changer un appareil qui plaît ? Pentax répond par la négative : après le K-7 et le K-5, c'est la troisième génération de reflex expert utilisant le même corps. Le K-5 II est presque parfaitement identique au K-5, auquel il n'apporte que quelques retouches de détails (autofocus notamment).

Prise en mains / Le K-5 II n'est pas un nouvel appareil, mais une évolution du K-5. Cette vérité est indéniable lorsqu'on met les deux appareils côte à côte : même en fouillant dans les menus, il est difficile de trouver une différence — la seule à notre connaissance concerne l'ajout de l'option "Zone AF étendue" dans les réglages d'autofocus. On retrouve donc un boîtier dense, très bien fini, tropicalisé, que les gens dotés de grandes mains peuvent trouver trop réduit au niveau de la poignée mais dont les autres devraient apprécier la compacité. Au passage, les économies de recherche et développement dans ce domaine permettent de maintenir un tarif contenu : à l'heure où nous écrivons, le K-5 II est déjà passé sous les 1000 € dans certaines boutiques. L'écran est le même que sur les autres reflex Pentax, du K-r au 645D : c'est un LCD assez bien défini (920 000 points) aux angles de vision agréables. Il reprend ici les réglages du K-30 : légère dominante froide, colorimétrie fidèle mais toujours moins bonne que sur l'EOS 650D. Globalement, le K-5 II reste donc très proche de son très réussi prédécesseur, avec une interface claire et des personnalisations avancées, mais l'on regrette par exemple toujours l'absence de déclencheur vidéo dédié — il faut passer explicitement en mode vidéo pour pouvoir filmer.

Réactivité / Difficile de distinguer un K-5, un K-5 II et un K-5 IIs sur la seule foi de leurs chronos : les trois appareils rendent des résultats identiques à un détail près. Le mode rafale est également repris, enchaînant aussi bien les Jpeg que les Raw à 4,5 i/s sur plus de 20 images. Ces chiffres similaires à ceux du K-5 (doté du dernier firmware en tout cas) cachent tout de même une évolution : le K-5 II "accroche" mieux en basse lumière et il arrive qu'il détecte un sujet et fasse le point dans des conditions où le K-5 abandonnait la partie. La différence n'est pas radicale, mais les habitués la sentiront. Reste toujours, en revanche, à améliorer couverture et nombre de collimateurs du module Pentax, dépassé depuis deux ans par le D7000...

Qualité des images / Le capteur 16 Mpx est bien connu pour ses qualités : c'est peut-être encore, malgré son âge, le meilleur capteur APS-C existant — à voir selon les desiderata de chacun, bien sûr : certains préféreront la définition supérieure du 24 Mpx des Sony ou le rendu des derniers Canon. La gestion de la sensibilité est donc à l'habitude de la famille : très bonne. Pentax expose souvent plus sombre que la concurrence, ce qui tend à masquer le bruit sur les images d'origine mais peut le rendre plus visible si vous corrigez a posteriori, et le lissage est un peu moins prononcé que sur le K-30 ; dans l'ensemble, les Jpeg sont impeccables jusqu'à 1600 ISO et encore très beaux à 3200 ISO. À 6400 ISO, le grain est un peu plus visible que sur le D7000 et l'EOS 650D, mais la photo reste utilisable et ce n'est qu'au-delà que la qualité s'effondre, avec un lissage très visible. Les corrections optiques sont toujours en option sur le K-5 II, et les aberrations chromatiques du 18-55 mm de kit restent un peu visibles au grand-angle. Si l'on active les options adéquates, les franges disparaissent (du moins avec les objectifs Pentax), mais l'enregistrement des images devient sensiblement plus long : pas de soucis pour enchaîner les déclenchements, mais après une série de prises de vues il faudra patienter pour accéder aux photos. Dommage, les concurrents font cela à la volée... Le 18-55 mm WR est bien connu : c'est un objectif de kit correct, sans plus, avec un bon piqué à f/5,6 ou f/8 mais manquant d'homogénéité à pleine ouverture au grand-angle. Il a cependant un avantage majeur sur la concurrence : c'est le seul objectif de kit abordable doté de protections anti-ruissellement.

source : lesnumeriques.com

siret : 513 289 629 00018 

L'ensemble des photos du site sont tous droits réservés par Hubert Vast