Hubert Vast

Conseil & Formateur en communication digitale

06 63 37 31 77

Test de l'Olympus Pen E-PL5

test du Olympus Pen E-PL5Avec le Pen E-PL5, Olympus poursuit son bonhomme de chemin en proposant un boîtier à objectifs interchangeables qui change peu de l'extérieur mais radicalement en interne : le E-PL5 reçoit le même capteur de 16 Mpx dont est équipé l'OM-D E-M5. La série PL prendrait-telle du grade histoire d'éclipser la série P ?

Prise en mains / Le E-PL5 est de l’extérieur une évolution peu marquée du E-PL3 : on retrouve la même disposition des commandes que sur son prédécesseur. Néanmoins, Olympus a ajouté cette année une poignée vissable à la convenance de chaque utilisateur, réglant le problème de préhension noté dans le test du E-PL3. L'écran est suffisamment lumineux pour une utilisation à contre-jour, l'image est correctement contrastée mais il ne faut pas se fier à la fidélité des couleurs. L'écran LCD reste orientable verticalement tout en maintenant sa définition à 460 000 points. Il devient tactile, permettant par exemple de définir la zone de mise au point au toucher, et les différents réglages y sont directement accessibles depuis les modes iAuto, Art et Ccène. Les traditionnels modes P, A, S, M doivent en revanche se contenter des touches physiques.

Réactivité / Véloce, la bête ! On le sait, le E-PL5 possède le même capteur que l'OM-D E-M5, et le E-PL3 était déjà très vif. La mise sous tension reste bien en dessous de la seconde, imitée par un autofocus lui aussi très réactif et ce à toutes les focales. Le E-PL5 pèche tout de même dans un domaine où l'OM-D a réussi : en basse lumière — la différence est peut-être due plus à l'optique qu'à l'appareil, l'OM-D ayant été testé avec le 12-50 mm. Le mode rafale s'avère être très bon avec plus de 8 i/s en Jpeg et Raw.

Qualité des images / Le E-PL5 possède la même configuration que l'OM-D, dont le capteur 16 Mpx a fait parler de lui pour sa gestion du bruit électronique, efficace jusqu'à 3200 voire 6400 ISO. Ici les résultats sont parlants sur notre montée ISO : les images du E-PL5 conservent l'excellente tenue familière à l'OM-D, ni le bruit ni le lissage n'étant vraiment plus visibles jusqu'à 3200 ISO. Passés les 6400 ISO en revanche, même un petit tirage 11x15 risque d'être à la limite du passable. Le 14-42 mm livré en kit est lui aussi connu, c'est une optique de bonne facture et de qualité plus qu'honorable : il est bon au centre à toutes les focales. Notons qu'il est un peu moins piqué en périphérie à pleine ouverture (il gagne en homogénéité à f/5,6) et présente des traces d'aberrations chromatiques au grand-angle (rien d'alarmant toutefois, il s'agit de chercher la petite bête). Son capteur ne dispose pas de la même stabilisation que l'O-MD : il conserve la même que sur les précédents modèles. Pour avoir une série de Barbie nettes, il a fallu monter au 1/13s : c'est correct, sans plus.

source : lesnumeriques.com

siret : 513 289 629 00018 

L'ensemble des photos du site sont tous droits réservés par Hubert Vast