Hubert Vast

Conseil & Formateur en communication digitale

06 63 37 31 77

Test Canon du SX270 HS

Nous reprochions au SX260 HS son manque d'innovation par rapport au SX230 HS. Cependant, l'appareil avait récolté une bonne note en raison d'un comportement sain et efficace sur le cœur d'activité de tout appareil qui se respecte : faire de belles images. Que faut-il attendre du SX270 HS ?

Prise en main et ergonomie du SX260 HS

Avant toute chose, notez que le SX270 HS est la version sans GPS ni Wi-Fi de la nouvelle gamme SX de Canon. Le modèle qui en théorie correspondrait au SX260 HS testé l'année dernière serait donc plutôt le SX280 HS, identique en tout point au SX270 HS, en dehors des deux fonctionnalités citées. Quoi de neuf ? Physiquement pas grand-chose. Un petit millimètre en plus, 4 g en moins, des coloris (toujours bicolores) différents, et quelques subtilités si infimes qu'il n'y a pas de quoi s'époumoner à les énumérer. La barre de grip descend désormais jusqu'en bas du boîtier, les touches lecture et vidéo ont été inversées, le sélecteur de modes a été à peine réagencé. Tout ce qui a pu être dit précédemment sur le SX260 HS est donc toujours d'actualité sur le SX270 HS : bonne prise en main, finition soignée, flash pop-up qui ne sort pas dès l'allumage (contrairement au SX230 HS d'il y a deux ans), et écran 3 pouces toujours faiblard (résolution de 460 000 pixels par rapport à la concurrence souvent en 920 000 pixels, colorimétrie étrange, visibilité médiocre en plein soleil…).

Les spécifications de l'appareil, comme les menus, demeurent identiques : capteur CMOS BSI de 12,1 MPix, zoom 25-500 mm, connectique mini USB et mini HDMI, batterie de 1 000 mAh… L'autonomie reste indiquée par Canon (d'après les standards CIPA) selon une fourchette, qui part d'aussi bas (210 vues) mais va un peu plus haut (260 vues) en mode économique. Il y a tout de même une nouveauté essentielle : l'adoption d'un processeur de traitement d'image de dernière génération, DIGIC 6 qui succède au DIGIC 5. Cette évolution a un impact sur la plage de sensibilité ISO, qui s'étend maintenant de 80 à 6 400 ISO en pleine résolution, mais également sur la réactivité de l'appareil, comme nous le verrons juste après. Ou encore sur le mode vidéo, qui passe de 24 im/s en 1080p à 60 im/s !

Performances du SX270 HS

C'est bien ici que l'on observe les progrès les plus spectaculaires, et ça n'est pas pour nous déplaire. Le démarrage gagne une demi-seconde, le délai entre deux prises de vue tombe à 0,8 s (contre 1,8 s sur le SX260 HS), la latence au déclenchement se voit réduite à 0,1 s (contre 0,15 s). La mise au point décoiffe également, avec des chronomètres qui ne dépassent pas 0,25 s au grand angle et 0,55 s au téléobjectif ! La rafale n'est pas en reste puisque Canon l'a dopée à 14 im/s sur 7 vues (comptez 2,7 s d'immobilisation de l'appareil, c'est peu), ou 3,2 im/s sur un nombre de vues illimitées. Bref, le SX270 HS est un SX260 HS qui a mangé du lion, à satiété !

Pas de surprise en revanche du côté de l'optique, c'est le même zoom 20X stabilisé, équivalent 25-500 mm, qui ouvre à f:3,5-6,8. Même s'il n'est pas parfait (manque d'homogénéité flagrant au grand angle comme principal grief), il offre toujours un bon niveau de piqué au centre. Le fait que Canon n'ait pas souhaité densifier son capteur au-delà de 12 MPix aide aussi forcément : on sait que plus un capteur est défini, plus il faut une optique de qualité. Sur le SX270 HS, la modestie du capteur permet à l'optique d'assurer convenablement, les deux éléments sont en phase. Au téléobjectif, l'optique figure parmi les plus équilibrées. Et signe de l'efficacité du processeur DIGIC 6 : les aberrations chromatiques monnaie courante sur le SX260 HS sont ici quasiment toutes gommées.

Qualité d'image et hautes sensibilités

Capteur CMOS inchangé mais nouveau processeur de traitement DIGIC 6 : s'il y a bien un domaine où on peut espérer c'est celui de la gestion du bruit. Alors ? Les résultats ne sont pas fondamentalement différents. Comme à son habitude, Canon privilégie les détails au lissage, peut-être un peu plus encore sur le SX270 HS. Le grain de luminance, que le constructeur manipule habilement pour souligner les détails, persiste ici jusqu'à 3 200 ISO, valeur maximum du SX260 HS où il ne restait plus masse de texture. Là, le SX270 HS préserve davantage de matière, même si le couperet tombe à 6 400 ISO. En résumé, rien à redire de 80 à 400 ISO, première vague de perte de textures à 800 ISO mais modérément, évolution normale à 1 600 ISO (intensification du bruit de luminance, contours moins nets mais encore des détails), cap important à 3 200 ISO (mais moins que sur le SX260 HS) et effondrement à 6 400 ISO.

Nous pourrions (mais nous ne le ferons pas) copier-coller les observations formulées sur le Powershot SX260 HS pour ce SX270 HS en matière de qualité d'image. Canon veille au grain sur les fondamentaux : toujours le même réalisme dans la reproduction des couleurs, exposition juste, balance des blancs équilibrée (sauf avec certaines lumières artificielles), réglages complets (10 pré-réglages plus un personnalisable, c'est presque trop)… Mais nous reprocherons toujours à Canon de ne pas sortir sa fonction i-contraste de ses menus. C'est d'autant plus pénible qu'elle est efficace et qu'il n'y a pas par ailleurs de HDR.

source : clubic

siret : 513 289 629 00018 

L'ensemble des photos du site sont tous droits réservés par Hubert Vast